Sexplication

Génération porn

génération porn

Pornhub: Un trafic énorme

En 2018, la seule plateforme Pornhub a consommé plus de bande passante que tout internet en 2002. Toutes les minutes, 63992 visiteurs se connectent.

Initialement, la « consommation » de pornographie était très encadrée. Les amateurs n’y avaient accès que dans les sex-shops, chez les loueurs de VHS et DVD et en fréquentant les cinémas et techniquement ce devrait être le cas encore mais, avec le développement des technologies, il est devenu très difficile de limiter l’accès.

Un schéma quasi-unique

Dans une vidéo porno, on retrouve très souvent le même schéma : fellation – pénétration – éjaculation (souvent facial ou sur le corps), un modèle qui plait à une catégorie d’homme mais pas à tous. Le problème c’est que les jeunes dont on ne maîtrise pas l’accès à ce contenu, pensent qu’il s’agit d’une norme.

Ce schéma est problématique puisqu’il met la pénétration au centre de l’acte sexuel, négligeant toutes les autres possibilités de faire l’amour hors pénétration, les relayant à de simples préliminaires alors que de nombreuses études ont démontrées que de nombreuses femmes avaient des orgasmes pendant ces dits préliminaires, avant la pénétration.

L’effet normatif de pornhub

Quand j’étais jeune, je me suis rendue sur ce genre de site et personne ne m’a jamais mis en garde contre ce genre de vidéo et par conséquent j’ai entamé ma vie sexuelle en pensant que c’était cela que les femmes devaient aimer et si je n’avais pas d’orgasme systématique, JE devais être le problème.

J’ai également appris que les fellations étaient un devoir quand les cunnilingus étaient un privilège et que l’éjaculation masculine marque la fin du rapport sexuel.

Mais ce contenu ne correspond pas à la réalité du sexe, des désirs et des besoins. La pornographie a crée une norme alors que tous les goûts sont dans la nature. Notre besoin de se référer à quelque chose à annihiler la notion de “variété” dans le sexe, devenant un acte codé qui néglige souvent le plaisir des femmes.

Un petit bout du discours de Jameela Jamil qui résume extrêmement bien la situation …

Ce que tu tais, pornhub le dira 🙂

Dans beaucoup de famille le sexe est tabou et à l’école, il est évoqué seulement sous l’angle de la reproduction et de la prévention contre les MST/IST.

Et évidemment la curiosité des jeunes ne s’arrête pas à nos interdits d’adultes donc à moins de cloîtrer ton marmot, toi, parent qui fait le choix de taire un sujet assurément très délicat, pousse ton enfant à aller satisfaire sa curiosité auprès de la généreuse mamelle nourricière de dame internet qui, elle, est beaucoup moins pédagogue.

Épiphanie du cul

C’est entre mes 25 et 29 ans que j’ai appris ce que j’aimais dans la sexe et que j’ai compris que ce que montre pornhub est un contenu hyper hétéro-« masculino » centré avec un script sexuel venu dont ne sait où mais qui a eu un effet normatif sur les dernières générations.

Si un jour vous surprenez votre enfant à regarder ce genre de contenu, n’enterrez pas le sujet en croisant les doigts pour qu’il devienne un gentleman au lit ou une femme libre, expliquez lui seulement qu’apprendre le sexe en regardant du porno, c’est comme apprendre à conduire en regardant fast&furious.

Show me your love: Follow ou Like
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *